Company Logo

Les membres du Cercle des survivants

Les survivantes et les survivants des pensionnats indiens ont donné aux peuples autochtones et non autochtones l’occasion d’entreprendre un cheminement menant vers le cadeau de la réconciliation. Ce sont les survivantes et les survivants des pensionnats indiens qui ont réclamé que le gouvernement et les autorités ecclésiastiques soient tenus responsables et imputables de leurs actions. Les survivantes et les survivants ont aussi demandé la création de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR). Les survivantes et les survivants des pensionnats indiens continuent d’être les pierres d’assises du travail fait au pays pour rétablir la vérité et favoriser la réconciliation.

Le Cercle des survivants compte sept membres et guide le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR). Les membres :

  • S’assurent que la voix et les points de vue des survivantes et des survivants restent au cœur des programmes et des politiques du CNVR.
  • Fournissent des orientations et des conseils au CNVR, au Cercle de gouvernance, à l’Université du Manitoba et aux partenaires sur tout aspect important pour la grande communauté des survivantes et des survivants.

En savoir plus sur le Cercle des survivants du CNVR

« J’ai eu l’immense plaisir de faire partie du premier Cercle des survivants du CNVR. Il est important d’entendre la voix des survivantes et des survivants dans les processus de développement et de prise de décisions du Centre afin d’assurer l’inclusivité, l’équilibre et la vérité dans ce que reflète ce que nous “léguons” aux futures générations. » ~ Terri Brown, survivante et présidente du premier Cercle des survivants du CNVR.

Lila Bruyere

Lila Bruyere pratique la danse de l’Aigle et est membre de la Première Nation ojibwée de Counchiching, située sur territoire…

Lila Bruyere pratique la danse de l’Aigle et est membre de la Première Nation ojibwée de Counchiching, située sur territoire visé par le Traité no 3. Elle a élevé seule ses trois fils. Elle est grand-mère de sept petits-enfants et a deux arrière-petits-enfants. Lila Bruyere est une survivante d’un pensionnat indien et une survivante intergénérationnelle. Elle a été placée au pensionnat St. Margaret de Fort Frances, en Ontario, tout comme ses parents et les membres de sa fratrie.

Lila Bruyere a travaillé pendant 15 ans dans le domaine des dépendances. Elle est certifiée dans le domaine et est titulaire d’un baccalauréat spécialisé en travail social de l’Université Carleton. Elle a obtenu une maîtrise en travail social en études autochtones de l’Université Wilfrid-Laurier.

Lila Bruyere tient à continuer de transmettre son message d’espoir aux autres survivantes et survivants des pensionnats indiens pour qu’ils commencent leur parcours vers la guérison. Pour y arriver, elle a préparé, avec son fils, un atelier intitulé Intergeneration: Mother & Son’s Healing Journey. Elle écrit aussi un livre sur la résilience afin de faire naître l’espoir et d’aider d’autres survivantes et survivants des pensionnats indiens.

 

 

Read More… Read Less…

Wanbdi Wakita

Wanbdi Wakita est chef spirituel dakota et a consacré sa vie à adresser des prières pour les peuples. En tant…

Wanbdi Wakita est chef spirituel dakota et a consacré sa vie à adresser des prières pour les peuples. En tant que survivant des pensionnats autochtones, ancien soldat de maintien de la paix au sein des Forces armées canadiennes, chef de la Première Nation Dakota de Sioux Valley et chef de la danse du Soleil, Wanbdi Wakita a emprunté de nombreux chemins. Pendant plus de trois décennies, il a offert des services de counseling et pratiqué des cérémonies pour des détenus de divers établissements correctionnels. Il est actuellement le Grand-père en résidence du Programme d’accès de l’Université du Manitoba. En 2016, il a reçu l’Ordre du Manitoba pour le travail réalisé tout au long de sa vie afin de véhiculer un message de guérison et d’unité entre toutes les nations. Wanbdi Wakita possède un rare bagage de connaissances traditionnelles, culturelles et sacrées.

 

Read More… Read Less…

Phyllis Googoo

Phyllis Googoo est membre de la Première Nation de Waycobah. Son mari, Bernie et elle sont les fiers parents de…

Phyllis Googoo est membre de la Première Nation de Waycobah. Son mari, Bernie et elle sont les fiers parents de trois enfants et ont aussi neuf petits-enfants et deux arrière-petits-enfants. En tant que locutrice et défenseure de la langue mi’kmaq, Phyllis Googoo a élevé ses enfants en s’assurant qu’ils parlent couramment le mi’kmaq. Phyllis Googoo a aussi toujours aimé enseigner.

Elle est titulaire d’un diplôme du Nova Scotia Teachers College et de l’Université St. Francis Xavier. Elle enseigne actuellement à l’école de la Première Nation de Waycobah. Phyllis Googoo est une Aînée régionale de l’Assemblée des Premières Nations. Elle est membre du Conseil des aînés de We’koqma’q, de la Nova Scotia Native Women’s Association et du groupe de joueuses de tambour We’koqma’qewiskwa’q. En 2008, elle a reçu le prix Grand Chief Donald Marshall Sr. Elder Achievement Award en reconnaissance des contributions faites tout au long de sa vie pour la communauté mi’kmaq.

 

Read More… Read Less…

Jimmy Durocher

Jimmy Durocher a grandi auprès de sa grand-mère métisse qu’il considère comme un modèle de force et de résilience et…

Jimmy Durocher a grandi auprès de sa grand-mère métisse qu’il considère comme un modèle de force et de résilience et il a fréquenté le pensionnat de l’Île-à-la-Crosse dans le Nord de la Saskatchewan. Il préside actuellement le comité du pensionnat de l’Île-à-la-Crosse. Il a fait partie de l’Aviation royale canadienne, est membre du conseil d’administration de l’Institut Gabriel-Dumont et a été président de la Nation métisse de la Saskatchewan. Parlant couramment le michif et le cri, Jimmy Durocher est actuellement président de la section locale métisse de l’Île-à-la-Crosse.

 

 

Read More… Read Less…

Eugene Arcand

Cri de la Première Nation de Muskeg Lake, Eugene Arcand a passé neuf ans au pensionnat indien St. Michael de…

Cri de la Première Nation de Muskeg Lake, Eugene Arcand a passé neuf ans au pensionnat indien St. Michael de Duck Lake et deux ans au pensionnat St. Paul’s de Lebret, tous deux situés en Saskatchewan. Intronisé au Temple de la renommée sportive des Premières Nations, M. Arcand a consacré une grande partie de son temps à l’organisation d’événements régionaux et nationaux, comme des événements sportifs des Premières Nations, des événements culturels, des événements touristiques et des événements destinés à l’avancement des jeunes des Premières Nations.

Au cours des dernières années, par l’entremise du Comité des survivants des pensionnats indiens de la CVR et du Cercle de gouvernance du CNVR, Eugene Arcand a travaillé pour faire en sorte que la population et les communautés de survivantes et de survivants soient informées des développements et des processus liés à la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens. Eugene Arcand attribue son succès au soutien et à l’amour de sa famille et de sa femme, Lorna Arcand, à qui il est marié depuis 48 ans. Ensemble, ils ont trois enfants, sept petits-enfants et trois chapans.

 

Read More… Read Less…

Garnet Angeconeb

Garnet Angeconeb est un Anishinaabe, originaire du territoire traditionnel de la Première nation de Lac Seul. Il en est parti pour fréquenter le…

Garnet Angeconeb est un Anishinaabe, originaire du territoire traditionnel de la Première nation de Lac Seul. Il en est parti pour fréquenter le pensionnat indien de Pelican, près de Sioux Lookout, en Ontario, de 1963 à 1969. Il est diplômé de l’école de journalisme de l’université Western Ontario, à London. Angeconeb a travaillé pendant de nombreuses années à la Wawatay Native Communications Society, dans le nord de l’Ontario.

 Il a également travaillé à la station CBC de Thunder Bay. Fervent défenseur des survivants des pensionnats à l’échelle nationale, régionale et locale, il a été membre du conseil d’administration de la Fondation autochtone de guérison.

Garnet Angeconeb s’est efforcé d’établir des liens entre les peuples autochtones et le Canada, et milite en faveur de leur réconciliation. En 2012, il a été nommé membre de l’Ordre du Canada. Il s’est également vu décerner la Médaille du jubilé d’or de la reine en 2002, et la Médaille du jubilé de diamant de la reine en 2012.

 

Read More… Read Less…

Phyllis Webstad

Phyllis Webstad est une Secwepemc du Nord (Shuswap) de la Première nation Xgat’tem Stswecem’c (bande de Canoe Creek). Elle a un…

Phyllis Webstad est une Secwepemc du Nord (Shuswap) de la Première nation Xgat’tem Stswecem’c (bande de Canoe Creek). Elle a un patrimoine mixte Secwepemc, irlandais et français. Née à Dog Creek, elle vit à Williams Lake en Colombie-Britannique. Aujourd’hui, Phyllis Webstad est mariée, a un fils, un beau-fils et cinq petits-enfants. Elle est la directrice générale de l’Orange Shirt Society, et parcourt le pays en racontant son histoire et en sensibilisant le public aux conséquences du système des pensionnats. Elle a maintenant publié deux livres destinés aux jeunes enfants, L’histoire du chandail orange et Le chandail orange de Phyllis.

 

Elle a obtenu un diplôme en administration des affaires de la Nicola Valley Institute of Technology, et un autre en comptabilité de l’Université Thompson Rivers. Phyllis a reçu en 2017 le prix Distinguished Alumni de l’Université Thompson Rivers pour son influence sans précédent sur les collectivités locales, provinciales, nationales et internationales grâce à son histoire du chandail orange.

 

Read More… Read Less…

Anciens Cercles

Membres du Cercle des survivants 2017-2019 (en anglais)

S’abonner à l’infolettre

Abonnez-vous dès aujourd’hui pour recevoir de l’information et des nouvelles du CNVR.

Le nom spirituel du CNVR, Bezhig miigwan, signifie « une plume ».

Bezhig miigwan nous invite à considérer chaque survivant qui se présente au CNVR comme une plume d’aigle, et à lui montrer le même respect et la même attention que s’il était une plume d’aigle. Ce nom signifie également que nous sommes tous ensemble – nous sommes unis et connectés, et il est vital de travailler ensemble pour parvenir à la réconciliation.