Company Logo

Gouvernance du CNVR

Le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) est chapeauté par un Cercle de gouvernance. Le Cercle est formé de survivantes, de survivants et de représentantes et représentants de l’Université du Manitoba et d’autres partenaires. La majorité des membres du Cercle de gouvernance font partie des Premières Nations ou sont Inuits ou Métis.

Le Cercle de gouvernance est guidé par un Cercle des survivants, ainsi que par des aînés et des gardiens du savoir.

La mise en place de ces structures a été essentielle pour veiller à ce que les survivantes, les survivants et les partenaires se trouvent toujours au cœur même du CNVR et pour que le CNVR honore et fasse respecter le droit et les protocoles autochtones.

Pour nous, à titre de survivantes et de survivants, il est important de voir le CNVR comme notre foyer, un endroit où nos vérités, nos expériences et nos vies sont validées et honorées et ne sont jamais oubliées. Le personnel a la responsabilité, tant aujourd’hui que demain, de veiller à ce que nos voix soient entendues de la bonne manière.

~ Eugene Arcand, No 781, survivant des pensionnats et membre du Cercle des survivants, Nation crie de Muskeg Lake.

Les aînés et les gardiens du savoir jouent aussi un rôle important au CNVR. Notre travail ne serait pas possible sans leurs contributions, qu’il s’agisse du concept de la tortue installée devant le Centre ou du travail délicat pour honorer la mémoire des enfants qui ne sont jamais rentrés chez eux après leur placement dans les pensionnats.

À propos du Cercle de gouvernance

Durant l’été 2014, un comité de mise en candidature formé de 11 personnes a choisi les premiers membres du Cercle de gouvernance du CNVR. Les membres du Cercle de gouvernance doivent :

  • S’assurer que les Autochtones sont maîtres du matériel.
  • Fournir des conseils sur les politiques, les activités, les cérémonies et les protocoles.
  • Fournir des conseils sur les moyens à prendre pour enrichir les archives, le matériel et les ressources du Centre et sur les partenaires potentiels.
  • Fournir du soutien pour accéder aux archives, au matériel et aux ressources du Centre.

Trois membres du Cercle de gouvernance représentent les survivantes et les survivants, leurs familles ou leurs ancêtres (un membre des Premières Nations, une personne inuite et une personne métisse). En tout temps, au moins quatre membres du Cercle de gouvernance doivent se définir comme membres des peuples autochtones. Les quatre autres membres représentent l’Université du Manitoba (UM) et d’autres organismes partenaires du CNVR.

Les membres du Cercle de gouvernance effectuent un mandat d’un minimum de deux ans, participent à des réunions trimestrielles et fournissent des conseils concernant les politiques, les priorités, les activités, les cérémonies, les protocoles et les méthodes du CNVR. Le Cercle de gouvernance veille à ce que le CNVR soit continuellement supervisé par des membres des peuples autochtones.

À propos du Cercle des survivants

À la suite d’un processus de sélection à l’échelle nationale, le CNVR a accueilli le premier Cercle des survivants, en 2017. L’un des premiers actes cérémoniels consistait à récupérer la boîte en bois cintré de la Commission de vérité et réconciliation du Canada qui faisait partie d’une exposition présentée au Musée canadien pour les droits de la personne depuis la fin de la Commission.

Le premier Cercle des survivants a travaillé en étroite collaboration avec le personnel du CNVR et a offert son inestimable expertise et de précieux conseils sur un large éventail de mesures à prendre par le CNVR. Le point de vue de ses membres a été essentiel sur la question des documents du Processus d’évaluation indépendant (PEI) et l’élaboration d’un meilleur programme de préavis concernant les documents du PEI. Leurs efforts pour faire valoir leur cause se sont soldés par la publication du rapport Lessons Learned du CNVR et la création du Registre commémoratif national des élèves.

Aujourd’hui, le Cercle des survivants compte sept membres et continue de guider le CNVR. Les membres :

  • S’assurent que la voix et les points de vue des survivantes et des survivants restent au cœur des programmes et des politiques du CNVR.
  • Fournissent des orientations et des conseils au CNVR, au Cercle de gouvernance, à l’UM et aux partenaires sur tout aspect important pour la grande communauté des survivantes et des survivants.

« La vérité des survivantes et des survivants et la puissance de leurs déclarations ont changé la perception que le pays a de lui-même. Il est essentiel d’avoir des survivantes et des survivants au cœur du CNVR, non seulement pour respecter le passé, mais aussi pour comprendre où nous allons. » ~ Ry Moran, premier directeur du CNVR

Survivors posing for photo by Bentwood Box
Fire burning outside NCTR building
Two women elders at event

Plus d’information sur la gouvernance

Lire notre entente administrative avec l’Université du Manitoba (en anglais).

CNVR rapports annuels

Rapport quinquennal 2014-2019 (en anglais)

S’abonner à l’infolettre

Abonnez-vous dès aujourd’hui pour recevoir de l’information et des nouvelles du CNVR.

Le nom spirituel du CNVR, Bezhig miigwan, signifie « une plume ».

Bezhig miigwan nous invite à considérer chaque survivant qui se présente au CNVR comme une plume d’aigle, et à lui montrer le même respect et la même attention que s’il était une plume d’aigle. Ce nom signifie également que nous sommes tous ensemble – nous sommes unis et connectés, et il est vital de travailler ensemble pour parvenir à la réconciliation.