Company Logo

Histoire des pensionnats indiens

Pendant plus de 150 ans, des enfants des Premières Nations, du peuple inuit et de la Nation métisse ont été enlevés de leurs familles et communautés, forcés de fréquenter des écoles souvent bien loin de chez eux. Plus de 150 000 enfants ont fréquenté les pensionnats indiens. Bon nombre d’entre eux n’en sont jamais revenus.

Le premier pensionnat indien administré par une église a ouvert ses portes en 1831. Dès les années 1880, le gouvernement fédéral avait adopté une politique officielle de financement des pensionnats partout au Canada, avec l’intention explicite d’arracher ces enfants de leurs familles et leurs cultures. En 1920, la Loi sur les Indiens a rendu obligatoire la fréquentation des pensionnats indiens.

La Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR) a conclu que les pensionnats indiens « ont constitué un outil systématiquement utilisé par le gouvernement pour détruire les cultures et les langues autochtones et pour assimiler les peuples autochtones afin d’effacer leur existence en tant que peuples distincts. » La CVR a qualifié cette intention de « génocide culturel ».

Les pensionnats étaient dans bien des cas sous-financés et surpeuplés, et offraient un enseignement de qualité inférieure. Tout enfant qui y parlait sa propre langue était puni sévèrement, et les membres du personnel n’étaient jamais tenus responsables de la façon dont ils traitaient les enfants.

St. Anthony's Sacred Heart building
Crowfoot St. Joseph building
Coqualeetza Chilliwack School building
Assumption Hay Lakes school building
Assumption Hay lakes school building

C’est connu, des milliers d’élèves ont été victimes de violences physiques et sexuelles dans les pensionnats. Tous ont souffert de solitude et désiraient profondément retourner dans leurs familles.

Les pensionnats ont causé des préjudices aux enfants, mais également à leurs familles et leurs communautés. Les élèves ont été privés d’exemples réels d’amour et de respect. Les cultures, traditions, langues et systèmes de connaissances propres aux Premières Nations, au peuple inuit et à la Nation métisse se sont vus érodés sous l’effet de cette assimilation forcée.

Les torts causés par les pensionnats indiens ont des séquelles encore aujourd’hui.

Pour bien des survivantes et survivants, briser le silence sur ce qu’ils ont vécu dans les pensionnats les force à revivre des traumatismes. Pendant des années, nombre d’entre eux avaient préféré taire la vérité.

En 1996, la Commission royale sur les peuples autochtones – qui allait marquer l’histoire – a attiré l’attention sur les séquelles à long terme des pensionnats indiens. De plus en plus de survivantes et survivants, de même que leurs descendants sont venus raconter leur histoire et réclamer que des gestes concrets soient posés.

Il est important de comprendre que la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens n’était pas exhaustive. Les survivantes et survivants de la Nation métisse n’en faisaient pas partie. Un règlement distinct a été conclu avec les survivantes et survivants de Terre-Neuve-et-Labrador en 2016. Par ailleurs, il a fallu attendre jusqu’en 2019 pour qu’une convention de règlement soit conclue avec les survivantes et survivants des externats indiens fédéraux.

Le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) poursuit des volets importants du travail de la CVR, notamment en préservant et en élargissant les archives de déclarations et d’autres documents de survivantes et survivants, ainsi qu’en créant un registre de milliers d’enfants dont la mort dans les pensionnats indiens est connue.

En septembre 2020, Parcs Canada a annoncé que les pensionnats indiens étaient désormais désignés comme des événements d’importance historique. Cette désignation s’applique à certains éléments de l’histoire canadienne, qu’ils soient positifs ou négatifs, qui ont eu une influence à long terme sur l’évolution de la société canadienne.

Le Parlement du Canada discute actuellement du projet de loi C-5 visant à instaurer une journée nationale de commémoration pour rendre hommage aux survivantes et survivants des pensionnats indiens et pour que l’on ait une meilleure compréhension de l’histoire des pensionnats indiens. La CVR avait d’ailleurs demandé qu’une telle journée soit créée dans son appel à l’action no 80.

Chronologie des pensionnats indiens

S’abonner à l’infolettre

Abonnez-vous dès aujourd’hui pour recevoir de l’information et des nouvelles du CNVR.

Le nom spirituel du CNVR, Bezhig miigwan, signifie « une plume ».

Bezhig miigwan nous invite à considérer chaque survivant qui se présente au CNVR comme une plume d’aigle, et à lui montrer le même respect et la même attention que s’il était une plume d’aigle. Ce nom signifie également que nous sommes tous ensemble – nous sommes unis et connectés, et il est vital de travailler ensemble pour parvenir à la réconciliation.