Company Logo

Création du Centre national pour la vérité et la réconciliation

Histoire du CNVR

L’histoire du Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) à l’Université du Manitoba trouve son origine dans l’époque même des pensionnats indiens. Vers la fin du 20e siècle, au moment où de nombreuses personnes commençaient à réévaluer le rôle de ces établissements au Canada, d’anciens élèves se sont mis à parler publiquement de ce qu’ils y avaient vécu. Au bout d’un certain temps, un recours collectif a été lancé, ce qui a mené à la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens (CRRPI), entrée en vigueur en 2007.

Voir la CRRPI

Cette convention comprenait plusieurs conditions, concernant notamment la création de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR). Celle-ci avait été chargée de mettre sur pied un « centre national de recherche » afin d’assurer la préservation de ses archives après la fin de son mandat. Le mandat stipule que l’accès à ce centre « sera ouvert aux anciens élèves, à leurs familles et collectivités, au grand public, aux chercheurs et aux éducateurs qui souhaitent inclure ces matières historiques dans les programmes d’études. »

Voir l’annexe N (PDF)

Forum du CNVR

Travaillant dans le but de réaliser ce volet de son mandat, la CVR a écouté les survivantes et survivants et des experts et, en 2011, a organisé un forum international visant à analyser la façon dont les commissions sur la vérité et la réconciliation ailleurs dans le monde avaient géré les archives qu’elles avaient créées.

Après ce forum, en 2012, la Commission a invité les organisations qui souhaitaient accueillir le centre national de recherche à soumettre leur proposition. C’est ainsi que l’Université du Manitoba, avec plusieurs partenaires, a soumis sa proposition.

Voir la soumission de l’Université du Manitoba (PDF)

Cérémonie de signature

En 2013, la CVR a annoncé que la proposition de l’Université du Manitoba pour l’hébergement du centre national de recherche avait été retenue. La même année, la CVR et l’Université ont signé un acte de fiducie ainsi qu’une entente administrative, et le centre national de recherche, aujourd’hui connu sous l’appellation Centre national pour la vérité et la réconciliation, a été créé.

Le CNVR est hébergé par l’Université du Manitoba dans le cadre d’un partenariat avec d’autres universités, des collèges et des organisations de partout au pays, et a comme mission de préserver à jamais la mémoire du système des pensionnats au Canada ainsi que de ses séquelles. Le Cercle de gouvernance et le Cercle des survivants du Centre jouent un rôle important en veillant à ce que les promesses faites dans le cadre de ces ententes soient respectées.

En 2014, l’Université du Manitoba a commencé à établir un dépôt physique pour les documents et collections de la CVR, ainsi que pour les activités du CNVR. Au mois de novembre 2014, le CNVR a organisé une cérémonie de bénédiction dans son nouvel espace, la salle du chancelier (Chancellor’s Hall) du campus Fort Garry.

Voir l’acte de fiducie (PDF)

Voir l’entente administrative (PDF)

Bien que le CNVR soit né des déclarations et des documents de la CVR, on y retrouvera dans le futur d’autres collections autochtones. Il encouragera également le dialogue sur les nombreux enjeux qui font obstacle à la réconciliation.

Vidéos du forum du CNVR et de la cérémonie de signature

Datant du 21 juin 2013, cette vidéo montre la cérémonie de signature entre la CVR et l’Université du Manitoba.
Voyez Stephen Smith, directeur administratif de la Fondation Shoah, prononcer le discours liminaire du jour 1.
Voyez Phil Fontaine, ancien chef national, présenter un aperçu fort intéressant de la CRRPI et parler de la nécessité d’un centre national.
Voyez Eugene Arcand parler au nom du Comité des survivants de la CVR.
Écoutez le mot de la fin du juge Murray Sinclair, de la CVR.
Écoutez le résumé du jour 2 de la professeure Karen Busby, rapporteuse de la conférence.

Vous pouvez regarder l’ensemble des vidéos du forum du CNVR et de la cérémonie de signature :

JOUR 1

JOUR 2

JOUR 3

Sign Up for Our Newsletter

Sign up today to stay informed and get regular updates about NCTR.

NCTR’s spirit name – bezhig miigwan, meaning “one feather”.

Bezhig miigwan calls upon us to see each Survivor coming to the NCTR as a single eagle feather and to show those Survivors the same respect and attention an eagle feather deserves. It also teaches we are all in this together — we are all one, connected, and it is vital to work together to achieve reconciliation.