Company Logo

Le Cercle de gouvernance

Le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) est guidé par un Cercle de gouvernance composé de sept membres. Les membres du Cercle de gouvernance doivent :

  • S’assurer que les Autochtones sont maîtres du matériel.
  • Fournir des conseils sur les politiques, les activités, les cérémonies et les protocoles.
  • Fournir des conseils sur les moyens à prendre pour enrichir les archives, le matériel et les ressources du Centre, ainsi que sur les partenaires potentiels.
  • Fournir du soutien pour accéder aux archives, au matériel et aux ressources du Centre.

« La gouvernance autochtone est cruciale pour renforcer la structure du processus de vérité et de réconciliation au Canada. Le CNVR veille à ce que le Canada n’oublie pas les voix des survivantes et des survivants ni leurs histoires étouffées par le système des pensionnats indiens. Tous les membres du Cercle de gouvernance ont été façonnés et guidés par leurs cultures, leurs valeurs, leurs systèmes de croyances et les protocoles autochtones et sont déterminés à poursuivre le travail du CNVR. » ~ Cynthia Wesley-Esquimaux, présidente, Vérité et réconciliation, Université Lakehead

Mme Cynthia Wesley-Esquimaux, Ph. D.

présidente du Cercle de gouvernance

Mme Cynthia Wesley-Esquimaux, Ph. D., a occupé pendant trois ans les fonctions de vice-rectrice aux Initiatives autochtones à l’Université Lakehead. En septembre…

Mme Cynthia Wesley-Esquimaux, Ph. D., a occupé pendant trois ans les fonctions de vice-rectrice aux Initiatives autochtones à l’Université Lakehead. En septembre 2016, elle est devenue la première présidente autochtone pour la Vérité et la réconciliation au Canada et elle continue de tracer la voie vers la réconciliation au Canada.

Mme Cynthia Wesley-Esquimaux est membre du conseil d’administration de l’organisme sans but lucratif Teach for Canada, qui répond aux besoins des écoles autochtones dans le Nord de l’Ontario. Elle a été désignée « témoin honoraire » par la Commission de vérité et réconciliation du Canada et préside le Cercle de gouvernance du Centre national pour la vérité et la réconciliation de l’Université du Manitoba.

Elle est membre de la Première Nation des Chippewas de Georgina Island en Ontario, où elle réside, et consacre sa vie à créer des ponts pour favoriser la compréhension entre les peuples. Elle accorde un mérite incontestable au rapprochement entre les personnes de diverses cultures, de divers âges et de divers horizons pour engager un dialogue constructif et lancer des initiatives de recherche appliquée. Elle a profondément à cœur l’éducation publique et la mobilisation des jeunes de toutes les cultures et de tous les milieux.

Mme Cynthia Wesley-Esquimaux est cofondatrice d’un projet jeunesse mis en œuvre à l’Université de Toronto, à l’Université de la Saskatchewan et à l’Université Lakehead.

 

Read More… Read Less…

Andrew Carrier

Andrew Carrier est titulaire d’un baccalauréat ès arts et d’un diplôme en administration des affaires. Il est formateur professionnel agréé…

Andrew Carrier est titulaire d’un baccalauréat ès arts et d’un diplôme en administration des affaires. Il est formateur professionnel agréé et intervenant en ressources humaines certifié.

Andrew Carrier a travaillé pendant 30 ans dans la fonction publique manitobaine et effectue actuellement son 5e mandat auprès de la Fédération des Métis du Manitoba.

De plus, M. Carrier a été nommé président du conseil d’administration de l’Indigenous Leadership Development Institute en 2010 et est membre fondateur du World Indigenous Business Forum. En 2016, le Ralliement national des Métis a nommé Andrew Carrier comme représentant métis au sein du Cercle de gouvernance du Centre national pour la vérité et la réconciliation. Andrew Carrier a survécu aux traumatismes subis durant son enfance alors qu’il fréquentait une école de jour catholique.

 

Read More… Read Less…

Dre Catherine Cook

Dre Catherine L. Cook, M. D., M. Sc., CCMF, FCMF est métisse et a grandi dans le Nord du Manitoba. Elle…

Dre Catherine L. Cook, M. D., M. Sc., CCMF, FCMF est métisse et a grandi dans le Nord du Manitoba. Elle a fait ses études de 1er cycle et sa formation médicale postdoctorale à l’Université du Manitoba (M. D./87, M. Sc./03) et est au service de l’Université depuis 1987. Elle est professeure agrégée au département des sciences de la santé communautaire de la faculté des sciences de la santé Rady. Récemment, elle a été à la tête d’Ongomiizwin – Indigenous Institute of Health and Healing et vice-doyenne, Santé des Autochtones, à la faculté des sciences de la santé Rady. Elle a aussi été responsable provinciale de la Santé des Autochtones auprès de Soins communs jusqu’à ce qu’elle accepte les fonctions de vice-présidente (Autochtones) à temps plein, en avril 2020.

 

La Dre Cook poursuit sa carrière en accordant la priorité à la santé des Autochtones. Elle a exercé la médecine familiale plusieurs années dans des cliniques de soins infirmiers en région éloignée dans le Nord du Manitoba avant de se concentrer sur la santé publique et, plus récemment, sur l’administration et la gestion de la santé. Elle joue un rôle prépondérant et opérationnel dans le développement et la mise en œuvre de programmes et de services de santé pour les Autochtones visant à remédier aux lacunes et à éliminer les barrières pour un accès équitable à des soins de santé de qualité pour les peuples autochtones au Manitoba. Auprès de Soins communs, la Dre Cook a coprésidé le développement d’un cadre stratégique de partenariat autochtone et le développement d’un système de santé qui reconnaît la nécessité de fournir des soins de santé de qualité aux peuples autochtones et qui répond à ce besoin le plus près possible de leurs milieux de vie. À l’Université, la Dre Cook a joué un rôle de premier plan dans la création d’Ongomiizwin – Indigenous Institute of Health and Healing à la faculté des sciences de la santé Rady, qui a obtenu l’approbation officielle du Sénat en 2017.

 

La Dre Cook est membre de plusieurs conseils d’administration et comités nationaux et a reçu de nombreux prix à l’échelle régionale et nationale. Elle a reçu le Prix Thomas Dignan en santé des Autochtones du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. En 2017, elle s’est classée au palmarès des 100 Canadiennes les plus influentes du Réseau des femmes exécutives (WXN). Elle est récipiendaire du Prix en administration de la santé de Doctors Manitoba et du Prix May-Cohen de l’Association des facultés de médecine du Canada.

La Dre Cook a contribué de manière importante à l’Université du Manitoba, tant au sein de sa faculté que dans le reste de l’Université. Ses perspectives sont très recherchées par les gouvernements, les conseils d’administration et les organismes et elle est une chef de file, une conseillère et une collaboratrice hors pair. Elle entreprend ce nouveau et important rôle en présentant une feuille de route exceptionnelle et un engagement profond envers la communauté et l’Université du Manitoba.

 

Read More… Read Less…

Digvir Jayas, Ph. D.

Digvir S. Jayas, Ph. D., distingué professeur, a étudié à l’Université G.B. Pant d’agriculture et de technologie de Pantnagar, en Inde,…

Digvir S. Jayas, Ph. D., distingué professeur, a étudié à l’Université G.B. Pant d’agriculture et de technologie de Pantnagar, en Inde, à l’Université du Manitoba et à l’Université de la Saskatchewan. Avant d’entrer en fonction comme vice-président (Recherche et International), il a occupé le poste de vice-président (Recherche) pendant deux ans et de vice-président associé (Recherche) pendant huit ans.

Il est ingénieur agréé et agronome professionnel. M. Jayas a été titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1 (senior) sur les écosystèmes des céréales entreposées.

Il a publié et coécrit plus de 900 articles techniques dans des revues scientifiques, des actes de congrès et des livres et a joué un rôle important à l’échelle internationale en matière de collaborations de recherche. M. Jayas a reçu des prix de plusieurs organisations en reconnaissance de ses recherches et de ses contributions professionnelles et est membre de conseils d’administration et de comités de plusieurs organismes.

Read More… Read Less…

Crystal Gail Fraser

Crystal Gail Fraser est membre de la nation Gwichyà Gwich’in et est originaire d’Inuvik et de Dachan Choo Gę̀hnjik dans…

Crystal Gail Fraser est membre de la nation Gwichyà Gwich’in et est originaire d’Inuvik et de Dachan Choo Gę̀hnjik dans les Territoires du Nord-Ouest. Ses recherches doctorales ont porté sur l’histoire des élèves placés dans les pensionnats indiens de la région d’Inuvik, entre 1959 et 1996. Le travail de Crystal Gail Fraser enrichit considérablement la réflexion des universitaires sur les méthodologies de recherche et les concepts théoriques autochtones, ainsi que notre compréhension des histoires autochtones de la deuxième moitié du 20e siècle et du caractère unique du Nord du Canada par rapport au reste de la nation de colonisation. 

Mme Fraser a reçu en 2020 le Prix John-Bullen de la Société historique du Canada pour sa thèse intitulée T’aih k’ìighe’ tth’aih zhit dìidìch’ùh (Par la force, nous sommes toujours là). Ce prix est remis pour la meilleure thèse de doctorat soutenue dans une université canadienne et ayant pour sujet l’histoire.

Read More… Read Less…

Levinia Brown

Levinia Brown est une survivante inuite de Rankin Inlet. En 1978, Levinia Brown a reçu son certificat d’aide-enseignante des Territoires…

Levinia Brown est une survivante inuite de Rankin Inlet.

En 1978, Levinia Brown a reçu son certificat d’aide-enseignante des Territoires du Nord-Ouest. Elle a joué un rôle essentiel dans la mise sur pied de l’Eastern Arctic Teacher Education Program (EATEP), à Iqaluit. En 1980, elle est devenue la première présidente de l’Administration scolaire régionale de Keewatin. Après avoir occupé les fonctions d’agente d’information, de présidente de l’autorité locale du logement et de mairesse suppléante, Levinia Brown est devenue la première femme élue mairesse de Rankin Inlet.

Levinia Brown a aussi été députée de la circonscription Rankin Inlet South/Whale Cove. Le 16 février 2004, l’honorable Levinia Brown a été désignée par les députés pour faire partie du Conseil exécutif. Le 9 mars 2004, le premier ministre Paul Okalik nomme Mme Brown vice-première ministre.

Ayant consacré sa vie au développement et à la promotion du renforcement des capacités communautaires en matière de services sociaux et de santé, elle porte un regard positif sur la vie. Elle croit que la vie est précieuse et ne doit pas être gaspillée. Elle exprime clairement sa soif pour l’éducation, sa force de leadership et sa compassion pour les enjeux sociaux.

Levinia Brown est mariée à Ron Brown. Le couple a sept enfants et trois enfants adoptés selon les coutumes autochtones.

 

Read More… Read Less…

S’abonner à l’infolettre

Abonnez-vous dès aujourd’hui pour recevoir de l’information et des nouvelles du CNVR.

Le nom spirituel du CNVR, Bezhig miigwan, signifie « une plume ».

Bezhig miigwan nous invite à considérer chaque survivant qui se présente au CNVR comme une plume d’aigle, et à lui montrer le même respect et la même attention que s’il était une plume d’aigle. Ce nom signifie également que nous sommes tous ensemble – nous sommes unis et connectés, et il est vital de travailler ensemble pour parvenir à la réconciliation.